une ile sur un pont, lionel sabbatté

Nuit Blanche 2017, Samedi 7 octobre 2017, Pont Saint Louis, Paris 4ème.

Une île sur un pont est un ensemble de figures humaines entremêlées issues d’une nouvelle série du projet Human condition (2016), qui prennent place au centre du pont Saint Louis. L’ensemble de ces silhouettes longilignes forment une tribu inconnue au cœur de Paris, un îlot sur ce pont emblématique reliant deux îles. Une composition en abîme qui révèle le passage de l’inerte au vivant, comme une humanité en devenir, une humanité à construire.

 
 

LA CÔTE DE "L'AMOUR DÉBORDE", Pierre Delavie

Vente aux enchères de tableaux extraits de l'oeuvres monumentale "Côte 15, 28 : l'amour déborde" créée par Pierre Delavie sur la façade de la Conciergerie pour la Nuit Blanche 2016.

 
 

Nuit Blanche 2016, Paris
Time lapse "COTE 15,28 : L'AMOUR DÉBORDE", Pierre Delavie

 
 

@ JCDecaux

 
     
 

Cote 15,28 : l'amour déborde

samedi 1er octobre, 19h à 5h

Facade de la Conciergerie, 2 boulevard du Palais, Paris 1er

Pour la 15e Nuit Blanche Parisienne dont le thème est un « voyage initiatique » autour de l’amour, l’artiste français Pierre Delavie transforme la façade de la Conciergerie.

« Depuis 2013, La Fondation Loo & Lou présente chaque année des projets dans le cadre de Nuit Blanche à Paris. Elle soutient des artistes français et internationaux dans des projets d’installations monumentales imaginées pour cette nuit féérique dédiée à la création contemporaine. Pour cette édition 2016, la Fondation est particulièrement heureuse d’accompagner l’artiste Pierre Delavie dans un évènement qui fait partie du parcours officiel.

Acteurs engagés du développement durable et de la responsabilité sociale, nous sommes convaincus que dans un monde fait de déséquilibres et de ruptures qui engendrent des pertes de liens et de références, la Création et l'Art Contemporain sont deux vecteurs puissants pour recréer du lien, redonner du sens et contribuer au mieux vivre ensemble.

Pierre Delavie à travers cette œuvre nous invite à réfléchir à notre futur commun dans un monde qui change. »

"Ce thème de l’eau qui monte, qui déborde, me touche particulièrement car il superpose dans notre esprit, la crue de cet hiver qui nous a tous marqués et le dérèglement climatique qui nous attend. La référence à l’embarquement pour Cythère et à l’amour me paraissait…couler de source, et suggère une manière plus positive de voir les choses", précise Pierre Delavie.